BILE NOIRE: Babel tome 2 par GEORGES NOGUEIRA

BILE NOIRE: Babel tome 2 par GEORGES NOGUEIRA

Titre de livre: BILE NOIRE: Babel tome 2

Auteur: GEORGES NOGUEIRA

Broché: 188 pages

Date de sortie: May 1, 2016

Obtenez le livre BILE NOIRE: Babel tome 2 par GEORGES NOGUEIRA au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

GEORGES NOGUEIRA avec BILE NOIRE: Babel tome 2

Ses mains étaient comme un étau sur sa trachée. Les siennes, elles, exerçaient une contre-pression pour éviter que son agresseur ne lui brise le cou comme une allumette. Selon ses estimations, il ne manquait qu’une minute au plus avant qu’elle ne perde conscience. Une de plus avant qu’elle ne meure.
Cette perspective lui fut accueillante sur l’instant. De toute façon, il ne pouvait en être autrement. L’homme, allongé sur elle, avait pris soin de bloquer ses jambes entre les siennes, rendant inutilisable tous ses enseignements de self-défense et de Krav-maga.
L’abandon. Il lui suffisait d’ouvrir les mains pour accélérer son trépas. Le militaire africain broiera sa colonne d’air en un instant. Tout serait fini et elle connaîtrait la paix. Enfin…
Une vibration…
L’onde courut le long de son dos. Alicia reconnut la sensation de son I-Phone, coincé dans la poche arrière de son jeans. Comme toujours, son mode vibreur agirait cinq fois avant de laisser sa place à la sonnerie. Plus qu’un signe, elle y vit une chance de salut. La sonnerie pourrait distraire son adversaire une fraction de seconde. Son avantage était qu’elle savait quand cet instant fugace allait se produire.
« Mémoire, intuition, déduction »
Aucun objet à portée de ses mains pour le frapper. Vu la crispation de ses mâchoires et sa détermination à la tuer, lui griffer le visage ne le ferait pas lâcher prise.
Objectivement, Alicia n’aurait pas la force de se libérer. Son agresseur faisait plus du double de son poids. C’était un militaire aguerri au corps à corps. Même surpris, il lui faudrait une force considérable pour le faire basculer.
Deuxième vibration…
Sa mémoire eidétique lui permit de visualiser le dossier militaire de son agresseur. Le capitaine Chris Kasantanga avait obtenu sa troisième barrette en étant blessé à l’avant-bras gauche par une balle rebelle. Pour avoir été, elle-même, blessée aux deux quadriceps, la française savait que, même si elle avait récupéré sa motricité, les tendons restaient douloureux à vie.
Cela ne serait peut-être pas suffisant pour se dégager.
L’adrénaline… C’était la seule façon de contrebalancer la force de l’adversaire. Au moins pour un instant. Comme une faible femme avait pu balancer un colosse d’1m80 à travers une fenêtre. La colère… C’était ce qui la galvanisait. Elle devait puiser dans ses souvenirs… Trouver la haine…
Troisième vibration…
Aucune difficulté. Ses yeux se révulsèrent. Non pas pour tromper son agresseur sur sa victoire prochaine. Par ce biais, elle plongeait dans l’abîme de sa mémoire… Les souvenirs se télescopaient pêle-mêle dans une danse macabre. La mort de celui qu’elle croyait être son père devant ses yeux d’enfant… La folie de sa mère qui refusait dorénavant de lui parler… Keita et Aminata affreusement mutilées… Son viol par ses collègues de la PJ… Le poignard pénétrant ses entrailles sous le sourire carnassier de Karpov… Le contact malsain de La Malderie sur ses seins… Les massacres de la guerre malienne…
Quatrième vibration…
Rien de cela ne la mettait plus en colère qu’Oncle Spence. Il était son père caché, un tueur en série mais surtout l’étincelle qui avait généré des millions de morts ses 20 dernières années. Pire encore, il avait voulu l’initier à la destruction d’un monde perverti… La colère, la haine coulaient dans ses veines comme un venin corrompant les derniers vestiges d’une humanité oubliée pour ne laisser place qu’à son âme noire.
Cinquième vibration…
Spencer Smith avait laissé son empreinte indélébile et maléfique en elle. Pour une fois, cela lui serait utile. Malicia rouvrit les yeux. Ses reflets gris avaient laissé la place à deux cercles de ténèbres.